La Beaujoire

La Beaujoire Le stade de la Beaujoire a été inauguré en 1984, il y a 30 ans. Son histoire a été retracée par Alain Chenard, au cours d’un déjeuner culinaro-culturel organisé jeudi 24 avril par l’Institut Edouard Nignon, au restaurant Le Bistronome du Beaujoire Hôtel. L’ancien maire de Nantes connaît en effet particulièrement bien La Beaujoire, car il a été à l’origine du projet du stade, ainsi que du Parc des Expositions et du lancement du tram, la première ligne conduisant jusqu'à la Beaujoire.
J'aime Bof

La Beaujoire La grande foire de Nantes se déroulait autrefois dans le centre de Nantes sur le champ de Mars. Elle était de plus en plus à l’étroit et avait pourtant l’ambition de prétendre au titre de foire internationale. A la Beaujoire, les terrains d’une ancienne ferme étaient vacants. Un premier lot de terres a été acheté pour implanter le Parc des Expositions qui accueille maintenant à longueur d’année des foires plus ou moins spécialisées. La plus grande de ces manifestations est la Foire Internationale de Nantes qui se tient chaque début avril.

Le stade Marcel Saupin près du centre ville était arrivé à saturation. Sous la poussée de succès du club de foot, le FCN, le besoin de créer un stade dimensionné pour accueillir des matchs internationaux et en particulier la coupe d’Europe se fit sentir. Alain Chenard est un amateur du foot et assiste régulièrement aux matchs. Progressivement, il a su intéresser les différents partenaires institutionnels pour adhérer au projet d’un nouveau stade à la Beaujoire où il y avait encore des surfaces disponibles et en particulier des parkings à partager avec le Parc des Expositions.

En 1978, le projet d’un des architectes candidats a été retenu au vu de la qualité de maquette présentée. Une des difficultés était d’aménager d’abord la pelouse, puis de construire les gradins autour sans l’abimer. Le stade est enfin prêt en 1984 pour accueillir les premiers matchs.

Au départ, il était dimensionné pour accueillir 45000 personnes avec des spectateurs debout aux extrémités du terrain. Depuis, des sièges ont été installés tout autour et ont ramené la capacité d’accueil à 38000 spectateurs. Le stade accueille aussi bien les joueurs de foot que les joueurs de rugby. A l’occasion, ce sont aussi des artistes de spectacles qui peuvent s’y produire. Quand il y a un évènement avec beaucoup d’affluence, les routes se congestionnent. Tout se passe bien, sauf quand ils se produisent en même temps qu’une grande foire. Les organisateurs essaient donc de placer les évènements des 2 espaces à des dates différentes sans y toujours y parvenir.

La 1ere ligne du nouveau Tram de Nantes a démarré à La Beaujoire. Mais Nantes et le tram, c’était déjà une vieille histoire ! 111 km de tram sillonnaient la ville en 1914. Avec ses inconvénients. Au point où on l’appelait le péril jaune. Les cyclistes étaient nombreux à chuter quand les roues se prenaient dans les rails. En 1955, une très grande fête a marqué la fin de la première génération de tram. La voiture était devenue la reine des déplacements. On lui ouvrit de grandes routes pénétrantes vers le centre ville. Elle se développa de plus en plus, jusqu’à l’asphyxie du centre-ville.

Il fallait redévelopper les transports en commun comme dans toutes les grandes villes. Métro, trolley, bus et trams furent envisagés. Le tram avait des avantages techniques certains, bien qu’il ait laissé un mauvais souvenir dans la conscience collective. La solution du tram fut validée et aujourd’hui, on continue de se féliciter d’avoir adopté cette technique.

Pendant que le tram a repris le rôle des axes pénétrants, un périphérique a été aménagé. On a du mal aujourd’hui à imaginer la situation de Nantes quand tout le trafic n’avait pas d’autre choix que de passer par les ponts du centre ville pour traverser la Loire !
J'aime Bof

Alain Chenard

Alain Chenard
J'aime Bof

Le déjeuner culinaro-culturel

Le déjeuner culinaro-culturel
Le déjeuner culinaro-culturel a été l’occasion d’échanges sur les prospectives sur les problématiques des déplacements de la région nantaise.

Coco Charrette est revenu sur des souvenirs de repas qu’il avait préparés pour les manifestations du maire Alain Chenard.

Dans la cuisine, Christophe Galaouët s’activait pour préparer le menu gastronomique du restaurant le Bistronome. Ce restaurant de qualité est un havre tranquille à deux pas du parc des expositions.

Venu de Rennes, Eric Michaud est le directeur du Beaujoire Hôtel (45 chambres) depuis 2007. Il a inauguré le Bhô hôtel (95 chambres) à Saint Herblain près du Zénith en 2011. Il est aussi le président de l’API, l’Association des hôteliers indépendants des Pays de Loire. Il a abordé les difficultés du métier d’hôtelier qui voit émerger une trop grande capacité d’accueil, ce qui fait que le taux d’occupation moyen se situe à 35% dans la région nantaise.

Beaujoire Hotel
Restaurant Le Bistronome
15 rue des Pays de la Loire
44300 NANTES
02 40 93 00 01
www.beaujoire.com
J'aime Bof

Coco Charette

Coco Charette
J'aime Bof

Tartare de tomate, avocat et surimi

Tartare de tomate, avocat et surimi
J'aime Bof

Suprême de volaille au cidre

Suprême de volaille au cidre
J'aime Bof

Assiette de fromages, salade

Assiette de fromages, salade
J'aime Bof

Crumble pommes fruits rouges

Crumble pommes fruits rouges
J'aime Bof

Eric Michaud

Eric Michaud
J'aime Bof

Christophe Gallouët et Yvon Garnier

Christophe Gallouët et Yvon Garnier
J'aime Bof

Les convives du déjeuner culinaro-culturel autour de Alain Chenard

Les convives du déjeuner culinaro-culturel autour de Alain Chenard
J'aime Bof 1 personne a aimé cette page.